jeudi, 12 October 2017 22:15

Absence de dialogue

Notre Ministère de tutelle a choisi de nous ignorer dans toutes ses négociations. Résultat, deux domaines ont été implicitement créés. L'un qui bénéficie de toutes les largesses et de toute l'attention du Ministère et l'autre qui ne bénéficie de rien, suivant pratiquement un modèle Darwinien d'évolution. À ceci s'ajoute le fait que seuls les sytèmes subventionnés figurent dans les comités consultatifs. Et quiconque peut deviner que l'influence des subventionnés dans ces comités n'est qu'une suite logique de cette conception du moins non démocratique.

Le Ministère de la Famille n'a jamais consulté les garderies non subventionnées dans ses décisions qui concernent pourtant plus de 40 000 enfants de contribuables. C'est donc admettre et accepter l'existence d'un développement séparé pour ces enfants. Pourtant nous sommes bien au 21 ième siècle. Et l'article premier de la loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance ne dit pas autre chose que :

Elle[la loi] a également pour objet de favoriser le développement harmonieux de l’offre de services de garde en tenant compte des besoins des parents, notamment en facilitant la conciliation de leurs responsabilités parentales et professionnelles, ainsi que de leur droit de choisir le prestataire de services de garde.

Les Mnistres se suivent et se ressemblent. Et s'il y a quelque chose sur laquelle ils sont d'accord, c'est bien d'écarter les garderies non subventionner de toutes les décisions relatives aux services de garde. On a l'impression que le Ministère de la Famille n'est là que pour gérer les subventions et ceux qui en profitent.

Pourquoi donc nous donner un permis et nous laisser à notre sort ? Nationalisez-nous ! Le privé n'a pas d'avenir au Québec tellement il est mal vu.

Recherche

Liste des catégories

Calendrier

« Août 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31